Vidéonautes : Migration et solutions

La vidéo a beaucoup évolué depuis cette dernière décennie. La télévision moderne n’aura vécu qu’une cinquantaine d’années. Pour capter le téléspectateur il faut faire court efficace original sans quoi il y a un effet de zapping.

On a vu ces dernières années les reportages se découper en mini séquence avec des allers retours entre chaque partie afin de réussir à capter l’attention du consommateur.

De nombreux logiciels et services ont fait leur apparition et la télévision a commencé à pâtir de la concurrence flagrante d’internet qui offre à défaut d’une qualité systématique un flux continu de vidéo quelques centaines d’heures toutes les 60 secondes.

Même si l’actualité exceptionnelle et les dérives sensationnelles maintiennent encore le système, le mode de diffusion passif perd de son attraction.

Les contenus en tant que tels ne sont pas remis en cause, c’est leur méthode de diffusion qui évolue. L’internet à haut débit a totalement fait exploser la consommation et la création de contenus vidéo. En 2015 plus de la moitié de la population française consomme les vidéos directement en ligne !

Au-delà des volumes, c’est la façon dont nous consommons ces contenus vidéo qui a irrémédiablement changé.

Trois données majeures ont généré l’évolution de l’attitude de ceux qu’on appelle les «Vidéonautes». En effet  ils souhaitent consommer les contenus vidéo à la demande. Comme pour ses achats, il veut être acteur de sa consommation et pouvoir la personnaliser.
L’effet de surprise !

Imaginez vous lancer une vidéo qui représente un campeur en train de pique-niquer tranquillement devant sa tente. Tout à coup, un ours arrive. La vidéo s’arrête brusquement et vous propose deux choix :

  • Tuer l’ours
  • Ou s’enfuir

Ce choix soudain place le téléspectateur dans l’action. Il est capté. Suite à ce choix la vidéo continue selon un scenario précis.

Nous avons de cet exemple deux effets de surprise :

L’arrivée de l’ours qui est une scène d’action ou un changement de situation.

Un deuxième effet de surprise en projetant le téléspectateur dans la scène en lui proposant de participer à la scène.

Ces deux moments sont considérés comme un changement de rythme. C’est en multipliant les changements de rythme que l’on maintient l’attention.

La vidéo interactive est le seul média permettant à chaque consommateur de prendre la main sur l’histoire de la vidéo et peut provoquer l’envie de revoir le message pour la réaction en cas de choix différent, le contact avec la cible est plus long et donc, plus marquant.

De plus, la vidéo interactive, par son expérience, donne envie de partager son expérience via les réseaux sociaux et devenir véritablement prescripteur de votre vidéo.

 

Favoriser l’apprentissage

Nous entendons depuis 2010 parler des MOOCs vidéos qui sont en fait des cours filmés et accessibles massivement, certaines universités ont rendu ces cours vidéos interactifs à l’aide d’activités intercalés entre les explications.

 

Souvenir souvenir !

Non, ce concept n’est pas nouveau, il s’est juste modernisé. En 1991, SEGA lance la megadrive Mēga CD qui propose des jeux basés sur les vidéos avec choix multiples de continuer telle ou telle partie du jeu selon vos choix. Plus tard nous aurons quelques essais via le Philips cd puis à l’aide du plugin flash.

 

Des vidéos aux jeux-vidéos

Plus récemment ce concept est utilisé en 2014 à travers les jeux épisodiques the walking dead. Une expérience de jeux vidéos proche du cinéma ou chaque choix permet de rediriger l’histoire et le comportement des joueurs.

 Image Blog 01

Les outils pour réaliser des vidéos interactives

Les outils de production vidéo sont devenus abordables, accessibles et assez simples. Ainsi, tout le monde peut aujourd’hui produire des contenus. Certes, la qualité n’est pas forcement au rendez-vous, mais pour certains, seule la quantité compte car il faut alimenter la demande. En fonction de l’image que vous souhaitez donner de votre entreprise, attention là aussi ! Il est parfois préférable de faire un peu moins de vidéos, mais de meilleur qualité. Chez Gekkota Production, il est acquis de proposer de la qualité dans le traitement des images et du son.

Car il s’agit bien ici de capter l’attention de celui qui regarde : le vidéonaute.

De même qu’un professeur entre deux explications fait faire des cas pratiques, des activités à ses élèves, il est intéressant de proposer à vos téléspectateurs des activités. C’est ce que nous allons voir de ce dossier : la vidéo oui mais la vidéo interactive !

 

Youtube

Youtube permet déjà d’enrichir une vidéo : une fois que vous avez uploadé votre vidéo, vous pouvez y ajouter du texte et des zones cliquables pour renvoyer vers d’autres sites. C’est là que ça devient intéressant : vous pouvez ajouter un bouton à n’importe quel moment de votre vidéo qui va renvoyer vers une autre vidéo Youtube. Ainsi, vous pouvez avoir une première vidéo qui pose une question à l’apprenant et, selon sa réponse, renvoyer vers une autre vidéo.

En terme de fabrication, c’est très simple (un simple glisser/déposer), ça fonctionne bien, c’est entièrement gratuit, mais malheureusement ce n’est pas très flexible : les boutons sont imposés et il n’y a que quelques polices disponibles. Mais pour un logiciel entièrement en ligne il ne faut pas être trop exigeant.

La seule solution pour avoir quelque chose de joli sera d’intégrer des boutons factices directement dans votre vidéo lors du montage et d’ajouter ensuite via Youtube des zones cliquables au-dessus de ces « faux » boutons.

Vous avez obligatoirement besoin d’une connexion internet, que ce soit pour rendre la vidéo interactive ou pour la regarder par la suite.

La lecture une fois redirigé se fait directement sur le site YouTube ce qui peux être limitant pour la déco …

 

Ludiscape

Un autre logiciel édité par la société française « bâtisseurs numériques » permet de mixer des vidéos et des activités interactives. Les activités ne sont pas ici directement intégrées dans la vidéo mais proposées comme intercalaire entre les écrans. L’avantage de ce logiciel est qu’il permet de faire des interactions beaucoup plus complexes qu’un simple choix vers telle ou telle vidéo. En effet on peut par exemple faire des glisser déposer des qcm des zones de saisie.

Nous nous rapprochons ici du monde du jeu vidéo, pour ne rien gâcher vous pouvez exporter le tout vers les tablettes et les Smartphones avec une compatibilité totale.

 

QUELQUES CONSEILS POUR REUSSIR SA VIDEO interactive

Ne pas proposer de scenarii avec des possibilités trop complexes. Multiplier les scènes est très audacieux sauf qu’il faut toujours accrocher les téléspectateurs au risque de créer des productions de vidéo trop importantes et exploser vos coûts de productions.

 

Pour faire plus simple, rapprochez vous de professionnels de la communication ayant une bonne connaissance de ce procédé (comme Gekkota Production). Cela vous permettra d’arriver à vos fins de manière plus simple et ludique, et de mieux maîtriser votre budget.

Le but des vidéos interactives est non seulement de distraire les internautes le plus longtemps possible, mais aussi de susciter le bouche à oreille, fidéliser ou encore motiver à passer à l’achat. Créer de la viralité en somme.